affiche_quattrini_site_300.jpg

Luisanna Gonzalez Quattrini. Accroupissements

Du 4 novembre 2018 au 3 février 2019.

Luisanna Gonzalez Quattrini peint des visions d’un monde hors du temps, qui racontent des vérités d’aujourd’hui. Mais sous le chatoiement des couleurs fraîches, ces vérités recèlent de déconcertantes bizarreries. L’artiste semble cultiver une enfance du regard qui laisse voir le refoulé des adultes. Sur ses toiles, l’innocence le dispute à la régression, les raisons semblent régies par les corps, les instincts dominent l’urbanité ; dans ses sujets comme dans la matière elle-même, les fluides contrôlent les masses.

L’artiste élabore ses sujets sur des petits tableaux qu’elle utilise à la manière d’un carnet de notes. Certains sont ensuite repris et réélaborés dans de plus grandes compositions. Un de ses sujets principaux concerne les débordements de la conscience. La présence récurrente d’animaux dans ses tableaux témoigne d’un attachement pré-civilisé à l’environnement. Entre eux, ses personnages laissent également s’exprimer leur animalité et se retrouvent ainsi dans des relations étrangères aux normes sociales. L’omniprésence de l’eau invite à se laisser porter vers les images subconscientes attachées à cet élément : l’eau évoque à la fois la matrice de toute vie et le danger de la mort.

Entre montagnes d’empâtements et étendues liquides, ses œuvres sont donc ambivalentes : elles permettent aussi bien une lecture symbolique – dévoilant un rapport au monde physique exempt de tout tabou – qu’une réflexion plus fondamentale sur les constituants de la peinture.

Luisanna Gonzalez Quattrini est née en 1972 à Lima. Formée à la Haute Ecole d’Art et Design de Genève, elle vit et travaille aujourd’hui à Bâle.

Plus d'informations, visites, ateliers:

www.mbac.ch