Molinero_web.png

Anita Molinero. L'Îlot rouge

Du 10 mars 2019 au 2 juin 2019.

Anita Molinero travaille la sculpture ; elle cherche des formes nouvelles dans la déformation des objets et l'altération des matériaux, le plus souvent par le feu, explorant les pouvoirs opposés de la chaleur qui liquéfie avant de vitrifier.

A l'énergie punk de ses débuts a succédé une préoccupation écologique. Dans les années 1980, des déchets collectés étaient assemblés et érigés en œuvres d'art, manière de "tirer la langue jusqu'à terre" à la sculpture elle-même, et à ses attributs masculins et solennels. Puis, en travaillant des poubelles, du mobilier urbain ou des matériaux de chantier, Molinero désigne le déchet comme horizon de l'activité humaine et sa fascination recèle un tremblement. Si les plastiques ont proliféré et envahi la planète comme un monstre de science-fiction, l'artiste se garde de donner quelque leçon que ce soit. Elle illustre le monstre par son propre matériau, se concentre sur les transformations, l'observe s'écouler vers le désastre. Ses poubelles inutilisables se font floraisons, dragons ou vers géants. Elles ont serpenté jusqu'aux jardins du Château de Versailles avant de venir se proposer comme enclave insurrectionnelle à La Chaux-de-Fonds.

Le travail d'Anita Molinero est violent et réfractaire, il semble jubiler dans un chaos nécrophile. Néanmoins, l'inquiétude que masque sa fronde demeure viscéralement humaniste.

Anita Molinero est née en 1953 à Floirac, elle vit et travaille à Paris.

Commissariat

David Lemaire

www.mbac.ch